Geneviève Decroix
Huile
"Portraits de fruits et de fleurs"
Objectif de ce stage :

Nous aborderons au cours de ce stage le portrait des fruits et des fleurs un peu comme l'on aborde le portrait sur modèle vivant : sans essayer de faire ce que l'on sait ou croit savoir sur leur forme ou leur couleur, mais en apprenant à les regarder. En apprenant à voir les rapports colorés, les lumières, les ombres propres ou portées, en les décomposant en un assemblage de petites taches colorées pour un rendu des plus véridique.

Bien sur, j'aborderai avec vous la notion de composition. Qui commence déjà par le placement des fruits ou fleurs dont vous ferez le portrait, dans leur environnement. Des fleurs en bouquet ou jetées en gerbe sur une table, ou encore dans la nature ont déjà une personnalité différente et votre choix sera déjà une approche de composition.

Bien sur, je vous guiderai dans la mise en place de votre sujet, dans la gestion de votre palette et de vos pinceaux, la création des couleurs, et jusque dans le sens de la touche …
Dégagé du problème de la ressemblance liée à l'humain, vous découvrirez qu'il y a une vraie jouissance à traduire en peinture la subtilité d'une couleur ou de la peau d'une pêche, un vrai plaisir de peintre à chercher le côté granuleux ou lisse, à varier la matière, de l'empâtement au glacis, avec en prime l'émotion que l'on retrouve face au vivant, qui ici est loin d'être une nature morte ...
Geneviève Decroix
Ce qu'on dit d'elle :

"Plonger dans le connu pour y trouver de l'inépuisable" disait Claudel. Cet inépuisable connu - jamais assez connu - est le territoire inlassablement exploré par l'école d'Etampes et très spécifiquement par Geneviève Decroix qui le parcourt surtout dans l'exercice du portrait.

Gérard Barrière
Parcours :

Geneviève Decroix est peintre de l'école d'Etampes. Elle passe son enfance à Mantes la Jolie où, de 1958 à 1961, elle suit les cours de dessin de Jean Guerin. Dans ce même temps, de fréquentes visites au Musée du Louvre l'amènent à se passionner pour les tableaux de Chardin, Vermeer et Corot. Elle rencontre Philippe Lejeune, en 1965, dans son atelier d'Etampes ; il lui donnera ses premières leçons de peinture. Elle suit son enseignement (portrait, icône, sérigraphie) dès la création de l'atelier d'art municipal. Aujourd'hui encore, elle pratique tous les dimanches matins le portrait sur modèle vivant. De nombreuses expositions lui sont consacrées, et son portrait de la femme au châle rouge lui valu dès 1991 d'être sélectionnée au prix Paul-Louis Weiller décerné par l'Institut.

Galerie de Geneviève Decroix